0032479206275

Au mois de mai fais ce qu’il te plaît : Et si on parlait légumes ?

ET SI ON PARLAIT LEGUMES ?

A l’heure actuelle, on est bien peu de monde à avoir échappé au message « manger 5 fruits et légumes par jour ».
Celui-ci implique d’emblée d’inclure un légume le midi, ce qui n’est pas nécessairement dans nos habitudes.
Et entre le temps qu’il faut pour prévoir et les goûts parfois sélectifs de nos chères têtes blondes, ce n’est pas toujours chose aisée à mettre en place au quotidien.
Et je vous rassure, il n’y a aucune raison de s’auto-flageller si votre arsouille n’a pas son légume tous les jours !

Je suis un peu saturée des messages culpabilisants qu’on entend/lit à longueur de journée : les copines, les magazines, internet, le prof de la salle de sport, …
tout le monde a un avis bien tranché sur la manière dont on doit manger.
Sans gluten, sans lait, sans déchet… et si on s’écoutait, qu’on relâchait un peu la pression, et qu’on tâtait plutôt du plaisir ?
Car le plaisir de manger, c’est une des meilleures habitudes que vous pouvez transmettre à votre enfant en matière d’alimentation.

Et les légumes ne faisant pas nécessairement l’unanimité chez les enfants, autant aborder le sujet de manière sympa.

Car oui, c’est important les légumes.
C’est plein de fibres, de vitamines, de minéraux, d’anti-oxydants.
Ils jouent un rôle préventif majeur dans la prévention de l’obésité, du diabète, de certains cancers.
Ils équilibrent notre assiette et lui donne de la couleur.

les légumes par stéphanie bolterys

Mais s’il n’y en a pas tous les jours, à chaque repas, il n’arrivera aucun cataclysme, promis.
L’équilibre alimentaire se joue sur une semaine, ça laisse donc un peu de marge et retire un peu de poids sur les épaules des mères parfois un peu anxieuses que nous sommes.

Je vais quand même vous proposer des trucs et astuces pour que manger des légumes, ça devienne rigolo.

  • D’abord, montrez l’exemple. Ben oui, si vous n’en avalez jamais vous-même, vous paraîtrez bien peu crédible quand vous direz à votre enfant « mange, c’est bon ! ».

  • Ensuite, variez. Ou pas. Si votre enfant ne jure que par les haricots, pas de souci. Préparez-en une grande quantité pour la semaine, mais associez-y un autre légume.
    Une cuillère à café dans son assiette que vous l’encouragez à goûter, sans forcer.
    Le fait de présenter régulièrement un aliment, préparé sous différentes formes, finira (ou pas) par le convaincre.
    Mais il sera rassuré de vous voir constante dans votre ligne de conduite.
  • Faire les courses avec les enfants et les laisser choisir ne fût-ce que 1 légume pour la famille pour un repas la semaine – en insistant sur le fait qu’il devra au moins le goûter.
    Il se sentira investi d’une mission importante et sera encouragé à faire un petit effort.
  • Plus grand, votre enfant peut surfer sur le net et vous proposer des recettes de légumes.
    Donnez-lui un thème : cuisine exotique, couleur verte, salade variée, accompagnement de pâtes, etc…
  • Dans le même ordre d’idée, le laisser préparer les légumes avec nous.
    On est bien d’accord que dans la course effrénée de la semaine, ça fait partie des fantasmes !
    Mais laissez-le touiller dans la casserole et ajouter une pincée de sel, ou éplucher les carottes pour le lendemain.
    Il ne vous serinera pas « je m’ennuuuuuuie », vous lui donnez une responsabilité dont il sera fier,
    et même si elles ne seront peut-être pas parfaites, au moins, vous aurez gagné du temps.
  • Laissez-le participer à l’entretien du potager familial.
    Un plant de tomates-cerise sur le balcon fait déjà l’affaire.
    Il en grignotera chaque fois qu’il passera devant.
    Et s’il rechigne à manger le légume de son assiette lors du repas, il en aura quand même mangé à d’autres moments.
  • Il y a également la possibilité d’aller faire la cueillette dans les potagers professionnels
    (par exemple, à Bruxelles, il y a Marie’s garden, la ferme Destexhe en région liégeoise – si vous avez d’autres bonnes adresses, n’hésite pas à les partager !).
    Activité familiale + grand bol d’air + choix + qualité + économique, il y a tout à y gagner.

L’hiver – qui peut débuter tôt et se prolonger dans nos contrées – je suis une adepte des potages.

A préparer en grande quantité une fois de temps en temps et à congeler en portions.
Parfait pour accompagner les tartines le midi – oui, même à l’école, on trouve de jolis petits thermos, chez Hema par exemple.
Ou le soir en apéro, quand le souper cuit et que votre enfant vous assure qu’il est en train de mourir de faim.
Ou en entrée d’un plat de pâtes dans lequel mettre une grande portion de légumes n’est pas habituel.

Il y a même des soupes froides ! Pour découvrir ou tester des saveurs moins connues, je vous partage le lien du site de marmiton sur le sujet : http://www.marmiton.org/magazine/tendances-gourmandes_soupes-froides-revues-et-corrigees_1.aspx

Et pour rester sur l’idée des légumes du midi, outre le potage, les tomates-cerise, les bâtonnets de carottes/concombres, les radis, les haricots verts, tout ça se mange avec les doigts et est généralement bien apprécié !

Les jours où vous avez du temps, jouez ensemble à faire de jolies présentations, les idées regorgent sur le net, mais voici de quoi vous inspirer :

Les légumes, ça passe aussi très bien sous forme de tartes, de gratin, ou associés à la purée de pommes de terre.
Ce n’est pas de la ruse, pas la peine de lui mentir : le but, c’est de lui prouver qu’un légume qu’il n’aime pas cru, peut se révéler plaisant une fois cuit ou mélangé à d’autres aliments.

On évitera quand même de les frire ou de les paner trop souvent.

N’en déplaise à certains : les légumes frais, c’est très bien, à conditions qu’ils n’aient pas déjà passé 1 semaine dans l’étalage quand vous les achetez, la valeur nutritionnelle n’est plus terrible.
Donc, les légumes surgelés conviennent parfaitement, à condition de les acheter non préparés (c’est-à-dire sans sauce, épices et autres additifs).

Allez, la cerise sur le gâteau, sachez qu’on peut aussi utiliser les légumes dans les desserts !

Je vous donne ma recette de brownie aux courgettes, testée et approuvée !

Ingrédients pour 6 personnes :

350g de courgettes

200g de chocolat noir

4 œufs

150g de sucre de canne (j’en mets 125g en ce qui me concerne)

¼ de cuillère à café de poudre de vanille (je n’en ai jamais, ça marche très bien sans)

100g de farine

1 sachet de levure (je remplace par 1 cuillère à café bombée de bicarbonate de cuisine)

1 pincée de sel

Marche à suivre :

  • Préchauffez le four à 180°C
  • Pelez les courgettes, les râper. Bien presser la pulpe entre les doigts pour en extraire le maximum de jus (j’utilise un tamis)
  • Faites fondre le chocolat au bain-marie, le garder hors du feu.
  • Battez les œufs, le sucre et la vanille.
  • Ajoutez les courgettes bien égouttées, la farine, la levure et le sel. Mélangez
  • Ajoutez le chocolat fondu et mélangez à nouveau.
  • Versez dans un moule à brownie recouvert de papier sulfurisé (un plat à gratin, ça marche aussi !), et enfournez 30 minutes.
  • Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau : si elle ressort propre, c’est bon !
  • Sortez le gâteau du four et laisser refroidir avant de démouler.

 

Enjoy !

Vous aussi avez une recette de dessert aux légumes à nous partager ?
Je l’attend avec impatiente en commentaire

Stéphanie Bolterys
Stéphanie Bolterys
Stéphanie Bolterys : Diététicienne, agréée par le SFP Santé Publique, spécialisée en pédiatrie.

Laisser un commentaire